CONSTAT

Moebius a identifié des contraintes significatives dans la production de béton, aussi bien au niveau des camions-toupies que des sites industriels de production de sous-ensembles en béton.

Des excédents de matières

Des excédents de matière première non maîtrisés.

La non-maîtrise du dosage des différentes matières premières (sable, ciment, gravier) ainsi que celle du produit final (béton) engendrent une surconsommation et des pertes de matière significatives.

Le recyclage des excédents de matière n’est pas efficient. Il nécessite beaucoup d’espace de stockage et les matières obtenues après recyclage n’ont pas les mêmes performances.

Une surconsommation d'eau

La non-maîtrise du procédé de malaxage des matières premières pour obtenir du béton complexifie la maintenabilité et le nettoyage des moyens industriels de production. 

goute_edited.png

Une quantité d’eau colossale est alors utilisée pour nettoyer ces outils. Tous ces mètres cubes d’eau sont définitivement perdus.

Aucune flexibilité de distribution 

La distribution du béton via camion-toupie ou sur une ligne de production est totalement contrainte par son procédé de fabrication : le béton mélangé doit absolument être déposé en moins de 45 minutes ! Passé ce délai, il sèche, perd ses caractéristiques et peut définitivement endommager le matériel de distribution.

IMG_4437 2.HEIC
IMG_4434_edited.jpg
Image JPEG-CE9ED3824DDA-1.jpeg

Une nouvelle approche du malaxage

La remise en question des contraintes nous mène à réfléchir différemment.

Philosophie